Archive | Klug (Milo) RSS for this section

Klug s’en va en guerre

Day one

Après un long transfert au fond d’un coffre aveugle, on dépose nos caisses dans un endroit très vert. Rien à voir avec de l’herbe et des végétaux, c’est juste de la peinture. A en croire les odeurs qui s’entremêlent, nombre de nos compagnons d’infortune sont passés par ce centre de détention.

On nous extirpe un à un du transporteur. Nous passons de bras en bras, la peur au ventre. C’est tout simplement horrible. Je réussis à m’échapper en griffant jusqu’au sang la main qui m’enserre.

Nous nous réfugions tous les 3 derrière la bibliothèque. La planque est exiguë et nous contraint à adopter une position inconfortable, mais nous sommes hors d’atteinte des caresses ennemies. Pour combien de temps, hélas?…

Day two

Lorsque la porte s’ouvre, nous accueillons l’ennemi avec un concert de crachats. Il ne se laisse malheureusement pas impressionner et poursuit sa progression.

Le fourbe fait tout pour briser notre volonté. Il ouvre un sachet fraîcheur au-dessus d’une assiette posée à ses pieds (damned! Un informateur a dû lui parler de ma faiblesse pour ces délicieuses tambouilles…). Mamounette Sahara s’enfile les 3/4 du festin. Depuis notre arrivée, je la trouve étonnamment conciliante avec l’ennemi… C’est louche! Je résiste autant que je peux, mais l’envie de pâtée est trop forte! Je finis par me jeter sur les restes. J’ai honte de ma lâcheté.

Day three

L’ennemi réitère avec succès la technique du sachet fraîcheur. Cette fois-ci, j’en mange une bonne moitié. Schpozis vient furtivement grignoter les 2 dernières bouchées. Doubitchou, en revanche, reste implaccable face à ces méprisables tentatives de séduction. Lorsque l’ennemi s’approche de sa planque, entre les lattes du clic-clavier, il crache férocement et attaque comme un petit serpent venimeux. J’admire son courage et sa détermination.

Notre ennemi déploie une nouvelle stratégie, tout aussi sournoise que celle du sachet fraîcheur: il sort une petite balle à grelot suspendue à un ruban de bolduc, et commence à l’agiter… Cette fois encore, je tente de résister. Je me retiens, je me retiens… Mais l’envie de jouer me submerge et je quitte ma cachette pour aller shooter dans la balle. Le jouet s’agite au-dessus de moi, le grelot retentit, c’est follement amusant! Je tape à nouveau, je saute, bientôt rejoint à Schpozis, qui semble lui aussi avoir oublié tout grief à l’encontre de l’ennemi. Je cours tellement que j’en perds ma respiration. C’est tellement bon de jouer en toute insouciance!

La ficelle qui retient le jouet raccourcit progressivement. L’ennemi, qui se tenait jusqu’ici assis en tailleur dans le fauteuil, vient de poser les deux pieds à terre. Il se rapproche… Schpozis abandonne la partie. Moi, je continue à jouer, jusqu’à ce que l’ennemi soit beaucoup trop proche à mon goût.
Sacrebleu! Il est malin, il a failli nous avoir!

Schpozis et Doubichtou dans la ligne de mire

Retrouvez bientôt la suite des aventures des nouveaux pensionnaires de la FA de Créteil, Klug, Schpozis, Doubitchou et Sahara. Et peut-être même des photos, si cette patate de FA arrive à en faire des potables (autant vous prévenir, c’est pas gagné les gens!)…

Publicités