archive | Chats à adopter RSS pour cette section

Doubitchou : Apocalypse Croquettes

Doubitchou, chaton roux à poils longs à adopter en région parisienne avec l'Association Solana

Days 1-2-3, 4-5-6 et 7-8-9

Day ten & day eleven

RAS

Day twelve

Les tortures de l’ennemi montent d’un cran sur l’échelle du sadisme. Maintenant, il ne prend même plus la peine d’ouvrir un sachet fraîcheur pour nous amadouer. Il nous choppe sans ménagement dès que nous allons boire un peu d’eau ou grignoter quelques croquettes. Pas moyen de sortir le museau sans courir le risque d’un câlin!

Ce soir, l’ennemi a renforcé ses effectifs. En plus des deux humains habituels, nous voyons entrer dans notre cellule deux autres humains. Par bonheur, ils ne se montrent pas insistants. Nous nous détendons, pensant que c’est la dernière attaque à laquelle nous devrons faire face aujourd’hui… Comme nous nous trompons! Ce qui nous attend est mille fois pire.

Lorsque l’ennemi pénètre à nouveau dans notre cellule, il est armé d’une caisse de transport chargée d’odeurs inconnues. Mamounette Sahara s’approche, inconsciente du danger… quand soudain, on la pousse à l’intérieur de la caisse et l’on referme le clapet! Nous entendons les ennemis échanger quelques mots à propos d’un week-end d’adoption avec l’Association Solana au magasin Truffaut d’Ivry-sur-Seine. Qu’est-ce que ça peut donc être?… Un autre centre de détention? Une séance de torture collective?

L’ennemi sort. A travers la porte de notre cellule, nous pouvons entendre Mamounette Sahara miauler. Puis, plus rien.

Day thirteen

Ce matin, alors que je prends mon petit déjeuner, les mains de l’ennemi s’abattent brusquement sur moi. Je crache, j’essaye de m’enfuir, mais en vain. L’ennemi me serre contre lui et me papouille à mort. Contrairement à Schpozis, qui s’est fait capturer juste avant, je résiste et je ne ronronne pas. Jamais je ne pactiserai avec l’ennemi, jamais, vous m’entendez!

Ce soir, l’ennemi est de nouveau revenu avec de nouveaux effectifs, un jeune homme et une jeune femme, des amis de la Famille d’Accueil de Créteil. Et comme dit le dicton, les amis de mon ennemi sont mes ennemis aussi!
Notre cellule s’est soudain remplie de grandes jambes et de grosses voix fortes. Ça ne nous a pas trop plu à vrai dire… Le sachet fraîcheur a réussi à faire sortir Klug de sa cachette. Schpozis s’est laissé capturer et caresser. Quant à moi, je suis prudemment resté à couvert.

J’ai juré de ne jamais vendre mon âme à l’ennemi et à ses caresses. Mais quelque chose me dit que ce dernier n’est pas prêt d’abandonner la bataille…

Doubitchou, chaton roux à poils longs à adopter en région parisienne avec l'Association Solana

Klug, Schpozis et Doubitchou vont-ils céder aux attaques répétées de la Famille d’Accueil de Créteil? Vous le saurez dans le prochain épisode

Schpozis : le pont de la rivière Kmaiou

Schpozis, chaton roux à adopter en région parisienne avec l'Association Solana

Days précédents : 1-2-3 et 4-5-6

Day seven

Ce matin, alors que nous venons de finir notre sachet fraîcheur (l’arme de séduction massive que dégaine régulièrement l’ennemi pour nous amadouer), Doubitchou se fait capturer sous nos yeux. Il essaye de s’échapper (sans sortir les griffes toutefois), mais en vain: on le papouille à mort pendant 3 bonnes minutes. Par chance, il s’en tire vivant.

Un peu plus tard, l’ennemi repasse dans notre cellule de détention et s’asseoit par terre. Klug et Mamounette Sahara viennent lui tourner autour, le renifler, chercher des caresses… et finalement, Klug abdique: il se laisse tomber sur le flanc et présente son ventre aux caresses. Sale vendu!

Day eight

Ce soir, l’ennemi m’a eu par surprise. J’étais tranquillement caché sous le clic-clac, quand ce fourbe commence à agiter un petit bijou qui pendait à son cou. Ce petit truc brillant qui tintinnabule… c’est trop tentant! Je donne un coup de patte, puis un autre, et sans que je m’en rende compte, l’ennemi m’attire à découvert. Trop concentré sur mon jeu, je ne prête pas attention à la main qui se rapproche dangereusement de mon dos… et paf! La main s’abat sur moi, m’enveloppe et me soulève. L’ennemi me serre contre lui et me caresse avec un plaisir sadique. Je tente de m’enfuir, mais l’étau se resserre de plus en plus! Ahahaaa, c’est horrible, c’est affr… hum, c’est… plutôt… plutôt agréable en fait…
Finalement, mon tortionnaire réussit à m’arracher des ronrons.

Day nine

Journée calme.

Nous nous jetons sur le sachet fraîcheur que l’ennemi verse dans une petite assiette. Il en profite pour nous caresser impunément (la convention de Genève ne mentionne-t-elle pas ce genre d’abus??).


L’ennemi agite un drôle d’appareil au-dessus de nous, une petite boîte métallique qui produit des éclairs. Je ne sais pas pourquoi, mais il nous suit partout, même lorsque nous essayons de nous cacher sous le clic-clac, et nous éblouit avec son flash. Serait-ce une nouvelle méthode d’intimidation?…

Schpozis, chaton roux à adopter en région parisienne avec l'Association Solana

Quels nouveaux pièges l’odieuse Famille d’Accueil de Créteil réserve-t-elle à Klug, Schopzis et Doubitchou?… Vous le saurez dans le prochain épisode!

Klug: Full Metal Chaton

Klug, chaton noir à poils mi-long, à adopter en région parisienne avec l'Association Solana

Days précédents…

Day four

Comme chaque jour, l’ennemi pénètre dans notre cellule de détention pour nettoyer notre litière, remplir la fontaine d’eau claire et la gamelle de croquettes.

Tandis que je somnole tranquillement sur le bureau, il en profite pour me papouiller et me prendre dans ses bras. Je reste tétanisé. Finalement, après 3 affreuses minutes, il me repose. Je suis sain et sauf.

Pas de sachet fraîcheur.

Day five

Cette nuit, nous avons déclenché une petite mutinerie dans le bureau vert. Nous faisions tellement de bruit que l’ennemi est venu se poster sur le clic-clac jusqu’au lever du jour. Nous n’étions pas rassurés, mais nous avons malgré tout pu vaquer à nos occupations (manger, popo, toilette) sans être dérangés.

La journée qui suit se révèle assez calme.

Day six

Ce matin, nous nous jetons tous sur le sachet fraîcheur que l’ennemi déverse dans notre assiette. Même Doubitchou l’implacable a fini par céder à l’appel de la pâtée. Tandis que nous avalons goulûment notre repas, nous nous laissons caresser tour à tour. Ce n’est pas si désagréable finalement…

L’ennemi repart, puis revient un peu plus tard. Il s’assit par terre. Curieux, je m’approche et je le renifle. Sa grosse main s’abat sur mon dos, mais je ne m’enfuis pas. Je laisse ses doigts aller et venir sur mon dos, sur ma tête, dans mon cou… et je ronronne!

Klug, chaton noir à poils mi-long, à adopter en région parisienne avec l'Association Solana

Retrouvez les palpitantes aventures de Klug, Schpozis et Doubitchou à Créteil dans le prochain épisode

Klug s’en va en guerre

Day one

Après un long transfert au fond d’un coffre aveugle, on dépose nos caisses dans un endroit très vert. Rien à voir avec de l’herbe et des végétaux, c’est juste de la peinture. A en croire les odeurs qui s’entremêlent, nombre de nos compagnons d’infortune sont passés par ce centre de détention.

On nous extirpe un à un du transporteur. Nous passons de bras en bras, la peur au ventre. C’est tout simplement horrible. Je réussis à m’échapper en griffant jusqu’au sang la main qui m’enserre.

Nous nous réfugions tous les 3 derrière la bibliothèque. La planque est exiguë et nous contraint à adopter une position inconfortable, mais nous sommes hors d’atteinte des caresses ennemies. Pour combien de temps, hélas?…

Day two

Lorsque la porte s’ouvre, nous accueillons l’ennemi avec un concert de crachats. Il ne se laisse malheureusement pas impressionner et poursuit sa progression.

Le fourbe fait tout pour briser notre volonté. Il ouvre un sachet fraîcheur au-dessus d’une assiette posée à ses pieds (damned! Un informateur a dû lui parler de ma faiblesse pour ces délicieuses tambouilles…). Mamounette Sahara s’enfile les 3/4 du festin. Depuis notre arrivée, je la trouve étonnamment conciliante avec l’ennemi… C’est louche! Je résiste autant que je peux, mais l’envie de pâtée est trop forte! Je finis par me jeter sur les restes. J’ai honte de ma lâcheté.

Day three

L’ennemi réitère avec succès la technique du sachet fraîcheur. Cette fois-ci, j’en mange une bonne moitié. Schpozis vient furtivement grignoter les 2 dernières bouchées. Doubitchou, en revanche, reste implaccable face à ces méprisables tentatives de séduction. Lorsque l’ennemi s’approche de sa planque, entre les lattes du clic-clavier, il crache férocement et attaque comme un petit serpent venimeux. J’admire son courage et sa détermination.

Notre ennemi déploie une nouvelle stratégie, tout aussi sournoise que celle du sachet fraîcheur: il sort une petite balle à grelot suspendue à un ruban de bolduc, et commence à l’agiter… Cette fois encore, je tente de résister. Je me retiens, je me retiens… Mais l’envie de jouer me submerge et je quitte ma cachette pour aller shooter dans la balle. Le jouet s’agite au-dessus de moi, le grelot retentit, c’est follement amusant! Je tape à nouveau, je saute, bientôt rejoint à Schpozis, qui semble lui aussi avoir oublié tout grief à l’encontre de l’ennemi. Je cours tellement que j’en perds ma respiration. C’est tellement bon de jouer en toute insouciance!

La ficelle qui retient le jouet raccourcit progressivement. L’ennemi, qui se tenait jusqu’ici assis en tailleur dans le fauteuil, vient de poser les deux pieds à terre. Il se rapproche… Schpozis abandonne la partie. Moi, je continue à jouer, jusqu’à ce que l’ennemi soit beaucoup trop proche à mon goût.
Sacrebleu! Il est malin, il a failli nous avoir!

Schpozis et Doubichtou dans la ligne de mire

Retrouvez bientôt la suite des aventures des nouveaux pensionnaires de la FA de Créteil, Klug, Schpozis, Doubitchou et Sahara. Et peut-être même des photos, si cette patate de FA arrive à en faire des potables (autant vous prévenir, c’est pas gagné les gens!)…