Archive | Bric à brac RSS for this section

Joyeux Noël !

Joyeux Noël 2011 avec SolanaOn vous souhaite plein de beaux moments avec vos proches et vos petits compagnons!

Et si vous n’avez pas tout dépensé dans les boutiques, n’oubliez pas que vous pouvez embellir le Noël des protégés de Solana en faisant un don à l’association. ^^

En parlant de jolie surprise, regardez un peu ce qui vient de sortir… Le 3e épisode de Spartacus le chat!!!

Publicités

Chatons! Présidents!

Une fois n’est pas coutume, je vais me fendre d’un billet en rapport avec la politique. Mais rassurez-vous, je n’entrerai pas dans les programmes ni dans les polémiques.  De toutes manières, chez Moustaches & Coussinets, on soutient uniquement 2 partis: le TPC (Toujours Plus de Croquettes) et le FLSF (Front de Libération des Sachets Fraîcheurs).

Chatons, unissez-vous contre l’abstention!

La candidate Europe Ecologie Les Verts, Eva Joly, fait sensation avec sa nouvelle campagne, élaborée à partir de vidéos qui ont cartonné sur le web: Attila le célèbre Surprised Cat encourage les jeunes à utiliser leur droit de vote nouvellement acquis; un chaton persan se désole lorsque son maître annonce qu’il ne votera pas aux prochaines élections présidentielles; deux chats inventent une chansonnette à propos des candidats en lice, etc.

Contrairement à la publicité de Bouygues Télécom qui affichait fièrement ses 54 jours de fabrication, ses 4 jours de tournage et  ses 12 000 heures de travail, la campagne d’Eva Joly joue plutôt sur l’économie de moyens: les vidéos sont reprises telles quelles avec leur qualité d’image un peu pourrie, sans montage sophistiqué. Seule la bande son est modifiée. (Ok, c’est bon, on peut cocher les cases « respect du contexte de crise économique » et « conforme à une logique de développement durable »).

Une campagne pas castrée

D’un point de vue communication, cette stratégie est assez risquée. On saluera donc le tempérament suicidaire courage de l’équipe qui l’a élaborée.

1°) Les chatons entretiennent avec la politique le même rapport que les carottes avec les vielles à roue… le rapprochement est pour le moins inattendu et audacieux!

2°) Le coup des chatons, Bouygues nous l’a déjà fait cet été pour nous refourguer des abonnements téléphoniques. Petite impression de « déjà vu »… et potentiel risque d’overdose pour les internautes, qui se font désormais servir du chaton à toutes les sauces, avec des bouts de messages commerciaux ou politiques à l’intérieur.

3°) Les chatons font appel à nos émotions/notre affectif et non pas à notre raison (super analyse niveau BTS Info-Com première année). Certains internautes pourraient trouver cette technique quelque peu démagogique et infantilisante… Voilà un cheval de bataille tout trouvé pour les détracteurs de la candidate.

Bonne ou mauvaise, chacun pense ce qu’il veut de cette campagne. Toujours est-il que l’audace paye : cette série de lolcats politiques fait couler beaucoup d’encre et scintiller beaucoup de pixels (espérons qu’elle provoquera effectivement de nombreuses inscriptions dans les mairies…).

Le chaton qui fait déborder le panier?

Au-delà de l’efficacité de cette stratégie de communication, je me demande ce qu’elle révèle sur les Français de 2011 (et notamment des jeunes Français, qui constituent la cible privilégiée de la campagne). Notre cerveau serait-il devenu tellement réfractaire à l’idée d’exercer notre devoir citoyen qu’il faille nous servir des messages politiques agrémentés de kawai, comme on fait avaler aux enfants des médicaments dans une cuillerée de confiture?

Et, la recette ayant fait ses preuves, est-ce qu’on va désormais essayer de tout nous vendre à coup de chatons (assurances vie, pommade contre les hémorroïdes, consignes d’hygiène, réformes politiques, etc.)?

Autant au début, la pub de Bouygues m’avait fait sourire (personnellement, je suis toujours chez Miaou Télécom, et je n’éprouve pas spécialement plus de sympathie à l’égard de son concurrent. En voyant leur campagne, je me suis juste dit que leur service marketing avait fait un joli boulot). Autant cette mode des félins instrumentalisés, je sens que je vais rapidement en avoir ras le pompon…

Sur ce, je retourne à mes chatons (qui n’ont rien à me vendre, eux ^^).

Mon chat, cet enfoiré… que j’aime tant!

Quand on aime, non mais quand on aime vraiment vraiment, on est prêt à tout pardonner, n’est-ce pas? Même les petites crasses et les grosses bêtises?

Le site d’Andy O’Dore et Greg Christman, My Cat Is A Dick (*traduction: mon chat est un enfoiré), rassemble des dizaines de photos, de gif animés et de vidéos témoignant qu’en matière de bêtises, les chats peuvent pousser le bouchon très loin et mettre la résistance du matériel la patience de leurs maîtres à rude épreuve.

Rouleaux de papier toilette sauvagement éventrés, petits pâtés suspects de toutes les couleurs malicieusement déposés à côté du bac de litière ou sur une taie d’oreiller, positions grotesques ou destructions en tous genres… nos « inoffensives » boules de poils se transforment parfois en redoutables petits cavaliers de l’apocalypse, semant caca et chaos sur leur passage. La preuve en images…

  1. On commence par les classiques, dont l’indémodable éventrage de sac poubelle. Admirez l’étalage bien vicieux de confettis…
    My cat is a dick: poubelle éventrée
  2. Un autre grand classique: le lacérage de sopalin. Tout est soigneusement réduit à l’état de charpie. Y a pas à dire, c’est du travail de pro. (Notez au passage le regard de tueur…)
    My cat is a dick: sopalin en lambeaux
  3. Petite variante: l’écharpage de papier toilette. Contre cette bande de chatons sanguinaires, les malheureux rouleaux n’avaient aucune chance…
    My cat is a dick: les chatons s'attaquent au papier toilette
  4. Pigeon ou plumeau, même combat.
    My cat is a dick: le plumeau dépecé comme un pigeon
  5. Mon coup de coeur:  le phénomène d’électricité statique peut réserver quelques surprises…
    My cat is a dick: après un plongeon dans des chips de polystyrène
  6. On bascule doucement du côté caca-prout de la force: mince, j’ai un chat dans le slip!
    My cat is a dick: j'ai un chat dans mon slip
  7. Bon ben voilà, on a atteint le fond de la bassine. Tout commentaire paraît inutile face à ce jaillissement d’inspiration et cette explosion de couleur. Laissons simplement la magie opérer…
    My cat is a dick: petit cadeau sur le clavier d'ordinateur

Pour terminer, un petit bonus de saison (Tiens, voilà c’que j’en fais de votre sapin. Comme ça, le gros chelou en rouge renoncera peut-être à s’introduire sournoisement sur MON territoire!):

My cat is a dick: sapin de oël renversé

Si jamais vous aussi vous avez immortalisé l’un de ces moments de grâce, n’hésitez pas à en faire profiter tous les internautes friands de lolcats en téléchargeant votre photo ou votre vidéo sur le site de My Cat Is A Dick!

Spartacus, 6 mois, vous raconte sa vie de chat en vidéo!

Salut tout le monde! Je m’appelle Spartacus. Je suis roux avec un joli petit museau blanc et sans me vanter, je suis vraiment super mignon.

J’ai beau être encore tout jeune (je n’ai que 6 mois), j’ai déjà plein de choses à raconter sur mon quotidien de « chat au foyer ». Tellement de choses que mon maître, Eric de Chazournes (qui étudie l’art de filmer des vidéos de chats à la faculté de Paris 7), a décidé d’en faire une websérie où il me laisse la parole: « Spartacus, ma vie de chat. » Ça dure 2-3 minutes, et c’est MOI la star du show!

C’est Aline, la petite amie de mon maître, qui a trouvé mon annonce sur Internet (pfff, c’est bien la seule chose utile qu’elle ait fait dans ma vie, celle-là!). Je n’étais alors âgé que de 4 mois. « Le coup de foudre a été immédiat ! » déclare mon maître. Oui, immédiat. Et réciproque (bon, sauf avec cette fourbe d’Aline, qui s’emploie à monopoliser l’attention de mon maître adoré).

Peu après mon arrivée dans son appartement d’étudiant mon appartement de chat (dont, dans ma grande mansuétude féline, je l’autorise à payer le loyer), l’envie d’immortaliser « [m]on comportement parfois imprévisible mais toujours adorable et hilarant » commence à démanger mon maître (comme je le comprends: vivre avec un chat de ma qualité, ça doit être tellement inspirant pour un humain…). Il prend donc sa caméra et commence à me filmer. Mais ma vie se révèle tellement passionnante que le projet initial (un court métrage d’une dizaine de minutes) se transforme très vie en mini-série !

Réussir à capturer LA petite expression ou LE geste adéquat requiert souvent beaucoup de patience. Mais comme je suis très talentueux et que j’aime mon maître, j’essaye de le ménager. D’ailleurs, il apprécie mon professionnalisme : « c’est le gros problème lorsqu’on tourne avec un chat, il faut du temps, de la batterie de caméra et des cassettes en stock. […] Mais Spartacus est un très bon acteur et fait parfois les choses qu’il faut assez rapidement, c’est assez fou d’ailleurs! »

Durant les tournages, je ne me contente pas de me lustrer les moustaches, je contribue activement au scénario (j’ajoute « mon petit coup de patte », comme on dit dans le métier). Bref, c’est une véritable collaboration artistique qui s’est instaurée avec mon maître: « même si 98% des scènes sont écrites à l’avance, certaines se sont ajoutées au montage final par hasard, parce que Spartacus avait fait quelque chose qui collait totalement avec son personnage. » Eh oui, que voulez-vous, le talent…

Pas évident de caser les tournages entre les cours et les partiels, d’autant plus que mon maître fait presque tout lui-même : il scénarise, joue la comédie, tient la caméra et monte les vidéos (m’enfin, si vous voulez vraiment mon avis, cette histoire de fac, ça implique surtout des fêtes entre copains et beaucoup de bière…). Les 4 premiers épisodes de la série sont déjà écrits et mon maître prévoit d’en réaliser une dizaine en tout, dont un épisode final long d’une vingtaine de minutes.

Ça vous intéresserait de savoir ce que vous réservent les prochains épisodes de « Spartacus, ma vie de chat »? Eh ben je vous le dirai pas-heu! Bon, d’accord, je vais être sympa. En EXCLUSIVITE INTERNATIONALE, je peux vous dévoiler ceci : je vais petit à petit rencontrer d’autres amis de mon maître, ma jalousie envers Aline va encore se renforcer et je vais tomber amoureux… Ça promet!

Ne manquez pas la suite de mes aventures sur la chaîne YouTube de mon maître bien-aimé. Et vous pouvez aussi rejoindre ma page Facebook!

(Merci à Eric de Chazournes, réalisateur et impresario de Spartacus)

MACHINALAVETHON 2011: l’Association Solana a besoin d’une nouvelle machine à laver!

Une nouvelle machine à laver pour l'Association Solana

La machine à laver qui permettait à l’Association Solana de laver les dodos de ses petits pensionnaires à poils vient de rendre l’âme! 😦

Peut-être qu’au fond de votre garage, une pauvre petite machine à laver abandonnée se morfond dans l’obscurité, sous une couche de poussière… Permettez-lui de vivre une seconde vie, remplie de petits « mi » attendrissants et d’aboiements joyeux : faites-en don à l’Association Solana!

Merci merci d’avance de notre part à tous (parce que c’est quand même drôlement plus agréable de faire la sieste sur un petit dodo tout propre!) ^^

PS: Et pour savoir comment faire un don d’argent à l’Association Solana en réduisant ses impôts, suivez le guide: Epicure vous explique tout en bande dessinée!

Inversion des rôles: lorsque les humains se prennent pour des chats!

Sur Moustaches & Coussinets, je vous ai parlé des chatons qui vendent des téléphones et des chatons qui aiment les concerts de FatBoy Slim. Bref, de chats qui se comportent comme des humains.

Mais sur le net, on trouve également de nombreux exemples inverses: des humains qui se prennent pour des chats. Et le résultat est tout aussi drôle!

Par exemple, vous connaissez certainement la vidéo d’Attila, le « Surprised Kitty » qui a fait le tour du net…

Lorsque les  internautes s’amusent à le parodier, ça donne ce genre de choses:

 

Dans le même genre, une bande de joyeux drilles, le collectif WhatDoYouWant, s’est amusé à compiler toute une série de situations débiles, à la manière des lolcats:

 

Du côté des professionnels aussi, on s’amuse à inverser les rôles. En 2006, au Canada, l’agence TBWA a réalisé pour Whiskas une série de spots publicitaires dans lesquels des humains incarnent de petits félins (attention, les spots sont tous en anglais, mais ça reste facile à comprendre). Mon préféré, c’est Hubert!

Gus et ses boules de poils

Hank le chaton

Hubert l’amateur de viande

Bon, en tout cas, à l’Association Solana, les chats et les chatons se comportent comme des chats et des chatons. Et ils attendent d’être adoptés par des humains très humains! ^^

It’s a cat’s cats world 2: Bouygues Telecom mange dans la gamelle de FatBoy Slim

les deux chatons héros du clip de Fatboy Slim (Joker)

Vous avez aimé le dernier spot publicitaire de Bouygues Telecom? Eh bien sachez que l’idée de filmer des chatons-trop-mignons qui s’ébattent dans un monde miaouniature n’est pas si originale que ça, en définitive…

En 2004, les téléspectateurs des chaînes musicales lâchaient déjà des « rooooh, c’est super chouuu » devant le clip du DJ FatBoy Slim, une reprise de The Joker, le tube de Steve Miller Band sorti en 1973. Ce clip, beaucoup moins lisse et politiquement correct que la pub de Bouygues Telecom, retrace la journée d’un chaton dragueur et fêtard, coiffé d’un petit chapeau de velours à grelots. Je vous laisse découvrir ses aventures, à travers un univers « kitten-sized »:

Si vous regardez la vidéo attentivement, vous repérerez des touches d’humour disséminées çà et là : le mois de « Meowvember » (« miaouvembre ») sur le calendrier, les chatons qui achètent de la « catnip » (« cataire » ou « herbe aux chats ») à un dealer et se tapent un gros trip hallucinogène, etc.

La pub de Bouygues, comme le clip de FatBoy, se termine par une grosse scène de fiesta avec DJ. Petit clin d’oeil malicieux de la part des créatifs de l’agence DDB, ou juste un gros plagiat inconscient?…

En tout cas, les vidéos que l’Association Solana et ses Familles d’Accueil postent sur leurs chaînes YouTube, c’est pas du plagiat, ça c’est sûr! Allez y jeter un coup d’oeil pour découvrir les chatons à adopter en action! ^^